Grippe Aviaire : Risque de contamination des poulaillers

Les oiseaux sauvages risquent de contaminer l’avifaune domestique et notamment les poulaillers avec des conséquences économiques importantes.
Des mesures de prévention sont à mettre en œuvre pour maîtriser l’épidémie et des précautions sanitaires à adopter lors de la découverte de cadavres d’oiseaux.

Compte tenu de l’évolution défavorable de la situation sanitaire dans l’avifaune en Europe, et la confirmation de 2 foyers d’influenza aviaire hautement pathogènes dans le département de Haute-Corse et celui des Yvelines, le niveau de risque influenza aviaire a été élevé de « modéré » à “élevé” sur tout le territoire national (arrêté du 16/11/2020 qualifiant le niveau de risque en matière d’influenza aviaire hautement pathogène).

Considérant cette situation épidémiologique, plusieurs états membres ont d’ores et déjà mis en place sur leur territoire des mesures de biosécurité renforcées.

La présence du virus dans la faune sauvage dans un couloir migratoire qui traverse le territoire national ainsi que la confirmation des 2 foyers d’influenza aviaire rendent impératif le renforcement des mesures de protection contre cette maladie (arrêté du 16 mars 2016 relatif aux niveaux du risque épizootique en raison de l’infection de l’avifaune par un virus de l’influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs associés de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs).

Ainsi, les mesures suivantes sont rendues obligatoires sur le territoire de toutes les communes :

  • la claustration des volailles ou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs ;
  • l’interdiction de l’organisation ou de la participation à des rassemblements (foires, marchés…) ;
  • l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes ;
  • l’interdiction de l’utilisation d’appelants.

Les mesures de confinement dans les basses-cours permettent d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages. Aucune dérogation n’est possible.

Afin d’accompagner ces détenteurs dans le déploiement de ces mesures, vous pouvez télécharger le flyer (Pdf) reprenant l’ensemble des mesures de biosécurité.

Toute mortalité anormale en élevage professionnel ou non doit être signalée à un vétérinaire sanitaire ou à la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

En complément de ces mesures, la vigilance est renforcée sur la surveillance de la mortalité en avifaune. Toute découverte d’un oiseau d’eau trouvé mort (cygne, canard sauvage, poule d’eau…) ou de mortalités groupées d’oiseaux sauvages correspondant à la découverte d’au moins 3 cadavres d’oiseaux d’une ou plusieurs espèces sur un même site (sur un rayon d’environ 500m) et sur un laps de temps maximal d’une semaine doit être déclarée au service départemental de l’office français de la biodiversité (sd25@ofb.gouv.fr ou 03 81 58 39 65) ou à la fédération départementale des chasseurs (fdc25@fdc25.com ou 03 81 61 23 87) pour prise en charge.

Il est bien évidemment recommandé de ne pas toucher de cadavres d’animaux.

Il est également précisé que, pour les souches de virus détectées, aucun cas humain n’a été identifié à ce jour.

Ces mesures de prévention sont essentielles pour protéger les volailles domestiques d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences désastreuses pour les échanges et exportations d’animaux vivants et de viandes de volailles. Il est nécessaire que chacun à son niveau demeure en alerte, prêt à intervenir.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×