Vous êtes ici :
: Rechercher dans la photothèque

Rechercher dans la photothèque

critères : mot-clef : Porte

90 dans notre sélection Coup de coeur ‹voir tous les résultats

diaporama

Porte d'Arènes (enceinte extérieure) [1900-1940]

Porte d'Arènes (enceinte extérieure)
Bibliothèque d'études - [1900-1940]

Porte Noire

Maurice MOYSE - 1910

Porte Rivotte

Cette vue plongeante nous dévoile un aspect inhabituel de la porte Rivotte, quelque peu écrasée par limposante toiture de l'Hôtel Mareschal.
La ligne SNCF Besançon-Le Locle a grandement défiguré la porte Rivotte lorsqu'on la voit depuis le fauvourg.
Andrée Meyer - septembre 1993

Porte Rivotte

Porte Rivotte. Photo prise en juillet 1940, par un soldat allemand.
DANIEL BOURGUIGNON - juillet 1940

Porte Rivotte

La porte fut construite en deux étapes : Les tours en poivrière furent érigées en 1546 sous l'empereur Charles Quint et sont contemporaines de la tour de la Porte Taillée. L'avant-corps fut bâti plus tardivement au XVIIè siècle, sous Louis XIV, après la conquête française. Un soleil royal orne son fronton. L'aspect de la porte a beaucoup changé : En 1893, le fossé fut comblé, le pont-levis et la herse furent supprimés, les deux passages latéraux pour les piétons furent percés à travers les tours, réservant le passage central aux véhicules attelés. Au dessus de la voûte, ont peut encore lire l'inscription en lettres peintes, à demi effacées :"défense expresse de trotter".
Bibliothèque d'études - [1900-1940]

Porte Rivotte

La porte fut construite en deux étapes : Les tours en poivrière furent érigées en 1546 sous l'empereur Charles Quint et sont contemporaines de la tour de la Porte Taillée. L'avant-corps fut bâti plus tardivement au XVIIè siècle, sous Louis XIV, après la conquête française. Un soleil royal orne son fronton. L'aspect de la porte a beaucoup changé : En 1893, le fossé fut comblé, le pont-levis et la herse furent supprimés, les deux passages latéraux pour les piétons furent percés à travers les tours, réservant le passage central aux véhicules attelés. Au dessus de la voûte, ont peut encore lire l'inscription en lettres peintes, à demi effacées :"défense expresse de trotter".
Bibliothèque d'études - [1900-1940]

Porte Rivotte

Porte Rivotte. Carte postale coloriée. On peut distinguer un tramway à travers le porche. Le fossé extérieur fut comblé et les passages pour piétons furent ouverts à la base des tours à la fin du IXXè siècle, précisément en 1893. On a même failli les abattre pour faciliter la circulation.
La porte fut construite en deux étapes : Erigées en 1546 sous l'empereur Charles Quint, les deux tours en poivrière sont contemporaines de la tour de guet de la Porte Taillée.
L'avant-corps fut bâti plus tardivement au XVIIè siècle, sous Louis XIV, après la conquête française. Un soleil royal orne son fronton.

christian coursault

Porte Taillée

La Porte Taillée et les Prés de Vaux. Au fond, en avant du pont de Bregille, les deux piles du pont de chemin de fer.
François Lassus - 1878

Porte Taillée

Porte Taillée : Ce sont les Romains qui percèrent initialement le flanc de la colline afin d'amener à Vesontio l'eau de la source d'Arcier. Au cours des âges le passage fut élargi et aménagé pour devenir la porte défensive qu'on connaît aujourd'hui. Le corps de garde actuel fut construit en 1546, sous Charles Quint. Surmonté d'une tour de guet, il contrôlait l'accès à Besançon tant par la route que par la rivière.
Maurice MOYSE - 1910

Porte Taillée

Jusqu'en 1875, les portes de la ville étaient fermées chaque soir à 11 heures moins le quart, le signal étant donné par le bourdon de Saint-Pierre. Elle étaient rouvertes le lendemain matin à quatre heures. Pour qui sortait de la ville, il fallait donc rentrer à temps, sous peine de devoir coucher à l'auberge.
Sur cette photo on distingue, ouverts, les deux lourds battants de bois. La dernière maison, accolée à la porte et adossée à la falaise n'existe plus.
Maurice MOYSE - 1910

Porte Taillée

La porte Taillée au IXXè siècle. Noter l'étroitesse du passage par rapport à aujourd'hui.
Thierry Racine

Porte Taillée

Jusqu'en 1875, les portes de la ville étaient fermées chaque soir à 11 heures moins le quart (le signal était donné par le bourdon de Saint-Pierre). Elle étaient rouvertes le lendemain matin à quatre heures. Pour qui sortait de la ville, il fallait donc rentrer à temps, sous peine de devoir coucher à l'auberge.
Sur cette photo on distingue, ouverts, les deux lourds battants de bois.
Les deux personnages posant à gauche sont probablement les préposés à l'ouverture et la fermeture de la porte.
Pascal Vernier

Porte taillée

Irène OBERNDORFER - octobre 2009

Porte taillée

Irène OBERNDORFER - novembre 2009

Portes de Battant

Les portes de Battant se trouvaient en haut de la rue du même nom. Trop gênantes pour la circulation, elles furent détruites au printemps 1956.
A droite, le buste d'Henri Bouchot.
Emmanuel DUMONT - mars 1956

Portes de Battant

Le rempart en cours de démolition; bientôt les portes vont suivre...
Jacques Lorimier - 16 mai 1956

Portes de Battant

Portes de Battant peu avant leur démolition
Jacques Lorimier - 3 mars 1956

Promenade et jogging à la gare d'eau

Tour bastionnée de Chamars : Vauban, remaniant les fortifications de la ville, munit le rempart le long du Doubs de six tours bastionnées de Chamars à Rivotte Il reste cinq : la tour de Chamars, la tour du Marais, la tour des Cordeliers, la tour de Bregille et la tour de Rivotte. Aujourd'hui détruite, la Tour Saint-Pierre se trouvait sensiblement au niveau du pont de la République.
A l'origine, les tours bastionnées dont le rôle était de porter des pièces d'artillerie, n'avaient pas de toiture.
RENAUD HOUILLON - mars 2004

Restauration Bastion Rivotte

Réfection de la toiture du bastion. A l'origine, les bastion n'avaient pas de toiture car leur vocation était de porter des pièces d'artillerie.
Ce n'est qu'a la fin du 19è siècle qu'on les couvrit.
Andrée Meyer - juin 1991

Rochers de la seconde porte de Beure

François Lassus

Rond point et chemin des ramparts

Le rond point d' Huddersfield Kirklees a été aménagé à la suite du percement du tunnel sous la citadelle. A droite, la tour Notre Dame est un vestige des fortifications du moyen-âge que Vauban avait pris soin d'intégrer dans la ceinture fortifiée du XVIIe siècle. Nous n'avons pas été aussi précautionneux en rasant à la fin du XIXe la jolie porte Notre Dame.
RENAUD HOUILLON - 21 octobre 2006

Tacot gare Rivotte

La gare de départ se situait au bout du pont de la République, avenue Gaulard, à l'emplacement actuel d'un petit parking, face au centre commercial Saint-Pierre. Le tacot longeait le Doubs jusqu'à la gare Rivotte. De là une ligne partait pour Vesoul, traversant le Doubs aux abords de la Rhodiaceta et une autre pour Pontarlier s'engageait dans un tunnel sous la citadelle. Les issues du ce tunnel aujourd'hui condamné sont encore visibles au niveau de la station essence de Rivotte (portes en bois) et à Tarragnoz où l'entrée est murée.
Le tacot fut inauguré en 1910. L'exploitation dura jusqu'en 1938 pour Vesoul et jusqu'en 1951 pour Pontarlier. De nombreux bisontins gardent le souvenir de la gare de Rivotte qui fut détruite pour faire place à une école maternelle. L'emplacement est aujourd'hui consacré à un espace vert.

Le tacot s'appelait aussi le train à voie métrique. Il existe aujourd'hui un musée du Tacot à Cléron.
Maurice MOYSE - 1930

Tour bastionnée de Chamars

Vauban, remaniant les fortifications de la ville, munit le rempart le long du Doubs de six tours bastionnées de Chamars à Rivotte, dont il reste cinq :la tour de Chamars, la tour du Marais, la tour des Cordeliers, la tour de Bregille et la tour de Rivotte. La Tour de Saint-Pierre, aujourd'hui détruite, se trouvait sensiblement au niveau du pont de la République.
A l'origine, les tours bastionnées dont le rôle était de porter des pièces d'artillerie, n'avaient pas de toiture.
Annie Fusis - 27 mai 2005

Tour de la Pelote (1475), tour de Battant (1526)

Tour de la Pelote (souvent orthographiée Pelotte) : Construite en 1475, elle faisait partie des anciennes fortifications de la ville. Après la conquête française, Vauban, plutôt que la détruire, préféra l'intégrer dans son nouvel ensemble défensif moyennant d'importantes modifications.
Au pied de la tour, le ruisseau de la mouillère rejoint le Doubs.
En arrière, la tour de Battant aussi appelée tour Carrée ou encore tour Montmart (1526)

Bibliothèque d'études - [1900-1940]

Tour de la Porte Taillée

Helmut Szirniks - 31 août 2011

Tour de la porte taillée

La tour domine le Doubs qui n'a pas résisté aux températures très froides depuis le 2 février.
Emile JOLY - 12 février 2012

Tour Porte Taillée

Le Doubs prend une couleur nature verte.
Emile JOLY - 26 août 2011

Véhicule allemand passant sous la Porte Taillée

Aujourd'hui, la dernière maison du faubourg Rivotte, accolée à la porte taillée, n'existe plus.
Photo prise sous l'occupation par un soldat allemand. Collection privée
DANIEL BOURGUIGNON

Virgille Vuillemin au volant de sa Thieulin

Virgille Vuillemin, menuisier rue du Porteau à Besançon, pose au volant de sa THIEULIN, une voiture fabriquée à Besançon au Garage des Chaprais, avenue Fontaine-Argent (à l'emplacement de l'actuel garage Opel).
Claude Vuillemin - 1917

Vue d'un ancien arc de triomphe et d'une partie de l'archevêché de Besançon (XVIIIème siècle) [1900-1940]

"Vue d'un ancien Arc de Triomphe et d'une partie de l'évêché de Besançon" dit la légende de cette carte postale illustrée d'une gravure ancienne.
C'est bien de la Porte Noire qu'il s'agit, mais sous un aspect qui nous est peu familier. L'arc de triomphe romain construit sous Marc Aurèle au IIè siècle fut transformé en porte défensive à l'époque mérovingienne: il fut en grande partie muré, ne laissant qu'un porche fermé de battants de bois et on le surmonta d'une tour quadrangulaire. La porte défendait la ville très réduite qui occupait la pente de la colline durant le haut Moyen Age. Puis, quand cette cité épiscopale devint quartier capitulaire, la porte noire demeura pour des siècles en cet état, que nous montre cette gravure.
On y voit à gauche l'église St Jean-Baptiste avec son porche gothique, à l'emplacement du square Castan. Elle fut détruite en 1794. Cette date permet de situer la gravure qui a servi à la carte postale.
Bibliothèque d'études - [1900-1940]


Les photos présentées dans la photothèque ne sont pas libres de droits.
Toute utilisation doit faire l'objet d'une demande écrite
: courriel