Vous êtes ici :
: Un riche patrimoine monumental

Un riche patrimoine monumental

Le secteur sauvegardé

Les secteurs sauvegardés ont été instaurés par la loi Malraux du 4 août 1962. Leur mise en place s'inscrit dans un contexte de préservation et d'aménagement urbain et favorise la valorisation du patrimoine. Ce sont des périmètres élaborés sous la responsabilité de l'État, en concertation étroite avec les élus, délimités de façon à contenir les éléments du patrimoine urbain et sur lesquels se trouve défini un plan de sauvegarde et de mise en valeur qui indique ce qui sera conservé, démoli ou reconstruit.

A Besançon, le quartier Battant est devenu secteur sauvegardé le 31 décembre 1964, et depuis le 1er décembre 1994 a été créé le secteur sauvegardé centre ancien. C'est donc la totalité du centre historique qui fait l'objet de mesures de conservation.

Qu'est-ce qu'un monument historique ?

C'est un monument qui présente un intérêt historique, artistique, scientifique ou technique suffisant pour bénéficier de mesures de protection ou de conservation.

Il existe deux catégories de protection des monuments historiques :

Le classement, qui est une mesure de protection complète et définitive
L'inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, qui est une mesure de protection moins contraignante et plus fréquente.

La protection des monuments à Besançon

A Besançon, le nombre total d'édifices ou d'ensembles bâtis protégés globalement au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments historiques est d'environ 170, répartis comme suit :
Monuments historiques propriété de la ville : 35 édifices ou ensembles bâtis dont 5 églises, 2 hôtels particuliers, 6 fontaines et un ensemble de fortifications ;
monuments historiques appartenant à d'autres propriétaires (publics ou privés) : 135 édifices ou ensembles bâtis dont 33 hôtels particuliers.

La pierre de Chailluz -calcaire bicolore gris-bleu et beige-ocre- , utilisé à Besançon et que l'on remarque sur les façades récemment ravalées, donne leur unité aux maisons hautes aux toits pentus. Elle provient de niveaux géologiques de l'ère secondaire et est extraite du sous-sol de la région depuis 1569, date à laquelle il est imposé aux bâtisseurs d'élever les façades sur rue en pierre.

Dans la boucle, les rues sont bordées d'hôtels particuliers ou de jolies demeures, composés de plusieurs corps de bâtiment, avec cours, dépendances, petits jardins... le morcellement du terrain en parcelles profondes et resserrées explique l'étroitesse de certaines façades. C'est ainsi qu'au cours des siècles va se perpétuer la tradition d'escaliers extérieurs dont les volées superposées s'accrochent aux murs mitoyens des cours pour laisser le plus de place possible aux appartements.

La ferronnerie a de tout temps figuré parmi les industries traditionnelles de la région. En témoignent les nombreux éléments du décor urbain, tels grilles, balcons et rampes d'escaliers.

Le patrimoine monumental

La charte de Venise de 1964 précise que « toute création architecturale, isolée ou groupée qui porte témoignage d'une civilisation particulière, d'une évolution significative ou d'un événement historique » fait partie du patrimoine monumental d'un pays, que ce dernier doit protéger pour le transmettre aux générations futures (par création architecturale, il faut entendre aussi bien les grandes uvres que les réalisations plus modestes).Églises, couvents, palais, édifices publics : ces monuments majeurs ont souvent à leur origine contribué à la création de la ville ; ils en résument l'histoire, en deviennent le symbole et jouent un rôle dans le développement urbain.

Conservation et protection du patrimoine

Tous les édifices sont menacés par l'usure du temps. Des causes naturelles tempêtes, inondations- peuvent accélérer les processus de vieillissement ou avoir une action destructrice. Vient ensuite l'action de l'homme : incendies, pollution, démolitions ou vandalisme mettent en danger le patrimoine monumental, d'où la nécessité d'une législation précise en matière de sauvegarde et d'entretien. En France, la législation de la protection est instituée par la loi du 31 décembre 1913, et c'est en 1978 qu'est créée la direction du Patrimoine au sein du ministère de la Culture.

vue du Centre-ville de Besançon
vue du Centre-ville

Quai Vauban
Quai Vauban

La pierre de Chailluz
La pierre de Chailluz

Escalier 110 Grande Rue
Escalier 110 Grande Rue

Grille devant une fenêtre
Grille devant une fenêtre

La Porte Noire
Porte Noire (sauvegarde et entretien)