Vous êtes ici :
: La forme d'une ville

La forme d'une ville

Enserrée dans une boucle formée par le Doubs, Besançon s'établit au pied de la colline où est bâtie la citadelle de Vauban

Un site exceptionnel

Besançon s'inscrit dans un site particulièrement remarquable : une boucle formée par un méandre du Doubs et fermée par une colline. Ce site constitue une position stratégique exceptionnelle dont l'importance défensive est remarquée par Jules César, qui l'investit en 58 avant Jésus-Christ.

L'épine dorsale de la cité

Les contraintes géographiques ont modelé au cours des siècles l'implantation et le développement de la cité. La première occupation de la ville s'établit dans le méandre de la rivière. Dès l'époque romaine, dans la boucle, la plupart des édifices s'installent le long de l'axe principal, le cardo - actuelle Grande-Rue -, dont le tracé conduit de la Porte Noire au pont Battant.

Un passage sur le Doubs se crée

A l'époque gauloise, la rivière semble avoir été une barrière suffisante pour assurer la protection de la cité, dont l'accès se faisait vraisemblablement par un gué, situé à l'emplacement de l'actuel pont Battant. Puis les romains construisent le pont Battant, qui sera le seul point de passage sur la rivière jusqu'à la mise en place de la passerelle de Bregille à la fin du XVIIe siècle. Du Moyen Âge à la conquête française de 1674, le développement des quartiers se fait à partir de ce point stratégique.

Une unité économique nouvelle se forme

La rive droite du Doubs, au débouché du pont, s'ouvre aux mouvements de circulation : de ce côté se rencontrent les voies romaines qui vont jouer un rôle capital dans l'économie de la cité, faisant de Besançon une ville carrefour.

A partir du XIe siècle, le peuplement de la ville s'allonge jusqu'au pont et s'étend sur la rive droite. Près du pont, dans la partie basse de la ville, se constitue le bourg, centre marchand et point vital de Besançon. Grâce au pont, le bourg forme avec la rive droite une seule et même paroisse où se prolonge son activité commerciale.

Dès le XIIe siècle, la présence des voies de passage suscite sur la rive droite un peuplement en trois points : Arènes, Chamars et Battant.

L'habitat se diversifie

Du Moyen Âge à la conquête française, le développement des quartiers, partagés entre habitat et institutions civiles et religieuses, se fait à partir du point stratégique capital que représente le passage du Doubs au pont Battant.

Le caractère défensif de la cité persiste et les premières mesures d' "urbanisme " apparaissent.

La ville se protège derrière ses remparts

À l'époque gallo-romaine, la colline de l'actuelle citadelle, entourée d'une muraille, constitue la place-forte de la cité.

Au XIIe siècle, la ville se compose de deux pôles distincts :
le quartier religieux sur les pentes de la colline
et le quartier sur la rive droite du Doubs actuel quartier Battant- fermé par une enceinte.

Au XIIIe siècle, de nouveaux remparts doublent cette ancienne ligne de défense et s'accompagnent d'une muraille le long du Doubs, percée d'une dizaine de portes d'accès.

Les remparts sont renforcés au XVe siècle (apparition des armes à feu), puis au XVIe siècle à la demande de Charles Quint, qui protège la cité.

Après la conquête française, Vauban fait édifier les casernes et reconstruire la citadelle et les fortifications.

Après la conquête de Louis XIV

L'importance stratégique de Besançon et son essor démographique lui permettent d'accéder au statut de capitale provinciale.
Vauban fait édifier la citadelle, des casernes et reconstruit les fortifications.
Besançon devient ainsi l'un des points d'appui fortifiés qui protègent les frontières de la France.
La disparition d'enceintes religieuses libère aux extrémités de la boucle des terrains où sont implantés de nouveaux quartiers, notamment le quartier de l'Intendance (actuelle préfecture).

Besançon aujourd'hui

La ville s'organise autour de deux grandes directions perpendiculaires :
La ville « ancienne » bâtie à l'intérieur du méandre du Doubs (ce qu'on appelle la boucle ) ;
Les constructions récentes qui se développent dans un vaste site, selon un axe qui correspond au passage des grandes lignes de communications (autres routes, voies ferrées).

boucle du Doubs

Enserrée dans une boucle du Doubs

Besançon un site exceptionnel
un site exceptionnel

Le pont Battant
Pont Battant


vue cavalière de Pierre d'argent (1575)


quartier Battant


tableau de Samson Bruley (1615)


plan relief