ROCHE-LEZ-BEAUPRE : commune du Grand Besançon

Vivre à ROCHE-LEZ-BEAUPRE

Plan de la commune de Roche-lez-Beaupré avec nom des rues (Pdf - 4,6 Mo)

Le village de Roche se situe à une altitude moyenne de 260 m et s'étend sur 530 ha dont 250 de bois et forêts. Il est parcouru par la voie ferrée Lyon Strasbourg, la voie fluviale du Doubs (doublée en partie par le canal du Rhône au Rhin) et par l'ex-RN 83, devenue la RD 683. A 15 mn de Roche, deux accès (4 et 4.1) permettent d'emprunter l'autoroute A 36 « la Comtoise » en direction de Beaune et de Mulhouse. Le service de cars « Ginko » met Roche en communication avec les autres communes de la Communauté d'Agglomération du Grand Besançon.

Sur le territoire communal se trouve la plupart des commerces et des services nécessaires à la vie quotidienne des habitants et à leur santé. La zone industrielle au nord-ouest de la RD 683 accueille une vingtaine d'entreprises tandis qu'au sud-ouest la zone artisanale des "Prés Chalots", en plein développement, renforce le dynamisme de la cité.

La vie associative est intense avec des activités sportives, culturelles, artistiques au sein d'une trentaine d'associations, qui regroupent plus d'un millier d'adhérents et organisent tout au long de l'année de nombreuses manifestations : soirées dansantes, lotos, vide-greniers, feu d'artifice, animations culturelles, improvisation théâtrale, tournois de foot, marche, concerts, fête de la musique, téléthon etc...

Le fleurissement tant des espaces publics que des jardins, d'ailleurs couronné par le concours de fleurissement du Grand Besançon, apporte une note agréable pour ceux qui passent quotidiennement par le village ou le parcourent.

Roche, un village accueillant et dynamique où il fait bon vivre !

Église de Roche-lez-Beaupré

UN PEU D'HISTOIRE

Le village de Roche se constitue vers 1320 pour cultiver le domaine ecclésial de Beaupré fondé à la fin du XIII° siècle. En 1334, la chapelle est dédiée à « Notre-Dame de Beaupré ». Pour la justice, Roche dépend de la seigneurie de Montfaucon et paye la dîme au curé de Chalèze, centre paroissial.

La population du village passe de 96 habitants en 1614 à 302 lorsqu'éclate la Révolution en 1789 : Roche devient chef-lieu de canton (et le restera jusqu'en 1801) en même temps qu'une alliance éphémère fait une seule commune de Roche et Novillars.
Les religieux sont chassés de Beaupré et une manufacture nationale d'horlogerie, dirigée par Mégevand, les remplace.

En 1814, Roche est occupée par les Autrichiens, le canal du Rhône au Rhin est creusé en 1827, le chemin de fer est construit et le premier train s'arrête en gare de Roche le 1 juin 1858. L'industrialisation commence en 1869 avec la distillerie Bugnot-Colladon (qui donnera naissance aux Ets Blondeau et aux engrais Monnot) et en 1871 le village est occupé par les troupes allemandes.

L'électricité arrive à Roche en 1927 et en 1940, c'est à nouveau l'Occupation ; le 8 septembre 1944, le village est libéré par les soldats américains.



D'où vient ce nom ?

Le village doit son nom à la barre rocheuse qui surplombe le cours du Doubs. D'où son nom de naguère de « Roche-sur-le-Doubs », avant de devenir « Roche », puis « Roche-lez-Beaupré » du fait de sa proximité avec le prieuré de Beaupré (Bellum pratum).

L'orthographe est définitivement arrêtée par décret en 1934 : « lez » signifiant : « près de ... », « à côté de ... ».

               

Les actus de la commune


aucune actualité

dernière modification le 20/01/2016 à 16h05