MAMIROLLE : commune de Grand Besançon

A découvrir

Sa vierge des Ermites
Une statue en bois, représentant la Vierge noire de N.D. d'Einsiedlen, est vénérée dans un petit oratoire à l'entrée du village.

Cette statue, rapportée par un pèlerin mamirollais en 1779, Jean-Baptiste Isabey, a été "miraculeusement" sauvée des flammes lors d'un terrible incendie qui détruisit cinq fermes et la petite chapelle le 19 juin 1893.

Un peu d'histoire ...

Les haches en pierre polie, les grattoirs et les pointes de flèches en silex trouvés dans les terres labourrées, la présence de deux villas gallo-romaines datant du 1er siècle après Jésus-Christ, attestent que le site a été occupé depuis fort longtemps.

Le tracé de la voie romaine Langres-Italie, la liaison Besançon-Suisse au cours des âges, la voie ferrée, la RN 57 (ancienne RN 416), ont fait de Mamirolle un lieu de passage inévitable.

Cependant, l'absence de textes écrits ne permet pas de connaître l'histoire lointaine.

La 1ère mention date de 1120 car l'abbaye Saint-Paul de Besançon a des droits sur l'église du lieu comme le seigneur de Montfaucon sur les paysans travaillant ses terres. Au cours des siècles, au gré des mariages et des dots, des achats de propriétés et des échanges de titres, Mamirolle a appartenu à diverses seigneuries voisines. Il faut attendre le XVIIème siècle pour voir une famille nobilaire s'installer, les Menoux, puis les Monnier, et une maison-forte être édifiée, l'actuel château.

Malgré son territoire propice aux activités agricoles, Mamirolle a longtemps compté une population peu importante (1816 : 485 habitants, 1936 : 454 avec une embellie en 1851 : 597 âmes). Le village souffre en effet du manque d'eau, car ses sources tarissent très rapidement.

L'arrivée de l'eau de la Loue a mis un terme aux draconiens rationnements imposés et le village a pu envisager son expansion en lançant divers lotissements.

Mamirolle jouit aujourd'hui d'une véritable notoriété départementale (avec sa maison de retraite Alexis Marquiset qui compte plus d'une centaine de lits), nationale, voire même internationale (avec son Ecole Nationale d'Industrie Laitière).

Ses célébrités

Le Général François Xavier Donzelot (1764-1843)
Il a mené une brillante carrière dans les armées de Napoléon, principalement en Egypte et à Waterloo mais il était surtout reconnu comme étant le meilleur spécialiste du service de l'Etat-Major de son temps et pour ses qualités de gestionnaire dans ses responsabilités de gouverneur de l'île de Corfou (1808 - 1814) et de l'île de la Martinique (1817-1826). Grand mécène, il a passé sa retraite entouré d'artistes et d'écrivains. ll fut un important donateur pour l'église de son enfance, pour le musée des Beaux-Arts de Besançon et pour la commune de Neuilly-sur-Marne où se trouvait son château de Ville-Evrard et où se dresse encore son tombeau.

L'orientaliste Guillaume Pauthier (1801 - 1873)
Il a publié de nombreux écrits sur la Chine, les Indes, sur l'Orient, sur les îles loniennes. Il a traduit le livre de Marco-Polo. Son frère avait épousé la soeur du Général Donzelot.

L'abbé François Rossignot
né en 1847 à Champlitte et mort à Loulans-les-Forges en 1905
Curé à Mamirolle de 1890 à 1903, passionné d'histoire, il fit des recherches sur les deux célébrités mamirollaises citées ci-dessus et publia et publia le fruit de son travail avant de quitter sa paroisse pour assurer la charge de bibliothécaire de l'archevêché à Besançon.

Jean-Claude Mercier
Son livre de raison qui relate tout ce que sa famille a vécu entre 1740 et 1759, a été l'objet d'une publication par le folklore comtois en 1999 sous le titre "Une vie paysanne en Franche-Comté" (Michel Vernus).


Les actus de la commune


aucune actualité

dernière modification le 20/01/2016 à 16h01