Vous êtes ici :
: les techniques alternatives

les techniques alternatives

La « boîte à outils » des techniques alternatives

Introduites depuis une quinzaine d'années en France, les techniques alternatives sont désormais éprouvées et efficaces. Elles regroupent toutes les techniques de gestion des eaux pluviales ne faisant pas appel aux collecteurs et aux tuyaux utilisés en assainissement « classique ». Elles sont fondées, en général, sur le principe de l'infiltration et du stockage.


Les puits d'infiltation :

Ces dispositifs assurent le transit des eaux de ruissellement vers les couches perméables du sol. Ils sont utilisés essentiellement pour recevoir les eaux de toitures. Le puits est précédé d'un regard de décantation pour piéger les éléments indésirables. L'infiltration se fait par le fond du puits ou, éventuellement, par les côtés en perforant les parois.

Avantages :

  • le puits à une conception simple et son utilisation est large (de la parcelle aux espaces collectifs),
  • il s'intègre bien au tissu urbain du fait de sa faible emprise au sol,
  • l'entretien se limite au nettoyage annuel du regard de décantation et au remplacement périodique du gravier ou du sable.

Inconvénients :

  • Le risque de pollution de la nappe et le colmatage. Ils peuvent être minimisés en respectant les conditions de mise en oeuvre et d'entretien recommandées par les spécialistes.

Les chaussées à structure réservoir :

Utilisées pour les voiries et les parkings, la structure réservoir permet de stocker les eaux pluviales dans le corps de la chaussée, constitué de pierres calcaires. La chaussée peut être recouverte d'un enrobé poreux qui laisse passer l'eau directement dans la structure réservoir, tout en retenant les impuretés. On peut aussi choisir un enrobé traditionnel imperméable avec un système d'avaloirs et de drains qui collectent et diffusent les eaux de pluie dans la structure. L'eau circule entre les vides laissés par les cailloux et peut être soit, infiltrée dans le sol soit, évacuée vers un exutoire ou un réseau d'eau pluviale.

Avantages :

  • la chaussée s'insère en milieu urbain sans occuper d'espace supplémentaire,
  • les revêtements drainants piègent les polluants par décantation. Ils diminuent également les bruits de roulement et améliorent l'adhérence des véhicules.

Inconvénients :

  • Les revêtements drainants peuvent se colmater et poser des problèmes de viabilité hivernale. Pour éviter cela, l'entretien doit être régulier afin de maintenir une bonne perméabilité. Dans le cas d'un enrobé imperméable, le curage des bouches d'injection doit être effectué régulièrement pour éviter le colmatage.

parking à structure réservoir



Les tranchées drainantes :

Si la couche superficielle du sol est suffisamment perméable, les eaux de ruissellement (terrasses, rues piétonnes, allées de garage ) peuvent être recueillies par des tranchées drainantes. Ces ouvrages superficiels (1 m de profondeur) et linéaires peuvent être revêtus d'un enrobé drainant, d'une dalle de béton, de galets ou de pelouse pour être intégrés dans les espaces verts, ou aménagés en voie d'accès pour les piétons ou les voitures.

Avantages :

  • la tranchée s'insère bien au paysage urbain et occupe peu d'espace au sol,
  • sa mise en oeuvre est facile et bien maîtrisée.

Inconvénient :

  • pour éviter les risques de pollution des nappes, les eaux infiltrées doivent être de bonne qualité.

Les noues :

Une noue est un fossé large et peu profond avec des rives en pente douce. Elle sert à stocker un épisode de pluie (décennal par exemple) ou à écouler un épisode plus rare (centennal). L'eau est collectée soit par l'intermédiaire de canalisations (récupération des eaux de toiture et de chaussée), soit directement, après ruissellement sur les surfaces adjacentes. L'eau est ensuite évacuée vers un exutoire (réseau, puits ou bassin de rétention) ou par infiltration dans le sol.

Avantages :

  • la noue assure plusieurs fonctions : rétention, régulation, écrêtement des débits et drainage des sols,
  • elle permet de créer un paysage végétal et un habitat aéré,
  • elle peut être réalisée par phase, selon les besoins de stockage (en fonction du développement du lotissement, par exemple).

Inconvénients :

  • la nécessité d'entretenir régulièrement les noues,
  • les nuisances possibles dues à la stagnation de l'eau.

parking noues



Les bassins secs et en eau :

L'eau est collectée par un ouvrage d'arrivée, puis stockée dans un bassin avant d'être évacuée vers un exutoire de surface (ou bassin de retenue) ou infiltrée dans le sol (bassin d'infiltration). Parmi les bassins de retenue, on distingue les bassins en eau (qui conservent une lame d'eau en permanence) et les bassins secs. Les bassins sont situés soit en domaine public, soit en lotissement ou encore chez un particulier.

Avantages :

  • les bassins font partie de l'aménagement paysager. Les bassins secs peuvent servir d'espaces verts inondables ou être utilisés comme terrain de football, vélodrome (à Vitrolles) ou piste de skate (Nancy). Les bassins en eau constituent, quant à eux, un lieu de promenade ou d'activités aquatiques.

Inconvénients :

  • le risque lié à la sécurité pour des riverains et les éventuelles nuisances dues à la stagnation de l'eau,
  • la consommation d'espace,
  • la pollution de la nappe pour les bassins d'infiltration.

Les toitures terrasses :

Cette technique est utilisée pour ralentir le plus en amont possible le ruissellement, grâce à un stockage temporaire de quelques centimètres d'eau de pluie sur les toits. Un petit parapet en pourtour de toiture permet de retenir l'eau et de la relâcher à faible débit.

Avantages :

  • procédé de stockage immédiat et temporaire à la parcelle,
  • pas de consommation d'espace au sol,
  • s'intègre à tous types d'habitats.

Inconvénients :

  • ce procédé nécessite une réalisation très soignée par des entreprises qualifiées afin de garantir une étanchéité optimale,
  • exige un entretien régulier.

toitures terrasses


dernière modification le 23/10/2015 à 10h12