Vous êtes ici :
: Archéologie - Besançon médiévale et moderne

Archéologie - Besançon médiévale et moderne

La ville de la première moitié du Moyen Âge (Ve-Xe s.) est très mal connue. Seule certitude, la vie religieuse y est bien présente et le christianisme à l'origine de nouveaux monuments : cathédrale (Saint-Jean), églises (Saint-Maurice, Saint-Pierre, La Madeleine), monastères et abbayes (Saint-Paul, Jussa-Moutiers).

Pour restituer la ville de cette période, l'archéologie n'a pour l'instant livré que de très rares indices (rue du Porteau en particulier) et les archives sont d'une aide très limitée. La seconde moitié du Moyen Âge (XIe-XVe s.) est davantage documentée, par les archives mais aussi par l'archéologie : la ville se développe et l'habitat est mieux conservé, d'où la découverte d'un certain nombre de vestiges, cependant encore trop rarement plus anciens que le XIIIe siècle. Un exemple est apporté par la découverte récente de la façade de la Vicomté (mairie et juridiction), encore en élévation rue du Loup, attribuée au début du XIVe siècle.

La ville moderne est illustrée sur des vues cavalières et des plans conservés aux archives : elle s'enrichit progressivement d'édifices en pierre et se développe, toujours enserrée dans la boucle et à l'intérieur de fortifications de plus en plus performantes, qui vont culminer avec la ceinture de remparts élaborés par Vauban à la fin du XVIIe siècle. La vie quotidienne est appréhendée par l'archéologie, aidée par des archives davantage complètes, comme par exemple les dépendances de la vieille Intendance du XVIIIe siècle (ancienne Préfecture) fouillées à la ZAC Pasteur.