Vous êtes ici :
: Archéologie - Besançon antique

Archéologie - Besançon antique

archéologie

 La situation de Vesontio au bord du Doubs, qui relie la vallée du Rhône et de la Saône à celle du Rhin, et le rôle protecteur de sa topographie (méandre et colline de l'actuelle citadelle), sont à l'origine du choix stratégique d'y installer la capitale des Séquanes, même si bien avant l'époque gauloise d'autres groupes humains avaient déjà ponctuellement occupé cet espace.

Les fouilles des trente dernières années ont permis de mettre en évidence l'urbanisation progressive de l'oppidum à partir de 120 av. J.-C., grâce à des institutions déjà très structurées qui génèrent le développement de l'habitat, la voirie, le quartier artisanal, les remparts, etc. Le passage de l'oppidum vers la cité romaine se précise à partir de la Conquête (en 58 César passe par Vesontio), mais s'intensifie nettement au début du Ier siècle ap. J.-C. Cette romanisation est archéologiquement visible dans les techniques de construction et les éléments du confort, du vaisselier ou de la religion par exemple.

La ville va se structurer autour de son cardo (actuelle Grande-Rue) progressivement paré de monuments publics dignes d'une capitale, dont l'arc de triomphe (Porte Noire) encore en élévation aujourd'hui. L'amphithéâtre est traditionnellement rejeté à la sortie de la ville (lycée Condé et parking Marulaz). Les quartiers se spécialisent : artisanat (parking marché-Beaux-Arts), habitat résidentiel (quartier Saint-Paul, palais de justice) ou non (parking mairie), sanctuaires (citadelle, Chamars)... les nécropoles étant rejetées à l'extérieur de la boucle (quartier Canot, Viotte).

Une lente dégradation de l'urbanisme se fait sentir dès le début du IIIe siècle, pour, à la fin de ce siècle et au suivant, réduire les dimensions de la ville, pourtant toujours capitale de cité. Le démantèlement de l'administration romaine est alors matérialisé par la réduction de la ville en deux pôles opposés : l'un, religieux, au pied de la citadelle (groupe épiscopal), l'autre, civil, à proximité du pont romain en pierre, principal carrefour de la ville (quartier Pasteur et sans doute quartier Battant).