Vous êtes ici :
: Les repères du temps

Les repères du temps

photos de Besançon

Dans la « boucle », c'est-à-dire cet espace enchâssé dans un méandre du Doubs, des habitations s'implantent ponctuellement au Néolithique (4800-2200 av. J.-C.), à l'âge du Bronze (2200-800 av. J.-C.) et à l'âge du Fer (800-30 av. J.-C.). Si le territoire des Séquanes se forme vers le IIIe siècle av. J.-C., ce n'est qu'à la fin du IIe siècle av. J.-C. que nait la ville (oppidum de Vesontio).

Remarquée par Jules César qui l'investit en 58 av. J.-C., Vesontio s'orne progressivement de nombreux monuments.

La fin de l'Empire romain aux IIIe-IVe siècle amorce le déclin de la ville. À la grande cité gallo-romaine succède une bourgade plus modeste.

En 1032, la ville est rattachée au Saint Empire romain germanique. Pendant le Moyen Âge, elle connaît une période de prospérité économique. C'est en 1290 qu'elle conquiert ses libertés communales et devient alors une ville libre, sous la protection du Saint Empire.

Le XVIe siècle marque une étape importante dans son histoire. En 1519, Charles Quint, comte de Bourgogne, roi d'Espagne, devient empereur du Saint Empire romain germanique. Il est à ce titre maître de la Franche-Comté et de Besançon, cité germanique francophone, « bouclier de son vaste empire », dont il fait améliorer considérablement les défenses. Sous son règne (1519 - 1556), Besançon connaît une période particulièrement prospère. Le mécénat de la famille Granvelle (Nicolas Perrenot de Granvelle est conseiller de Charles Quint) favorise l'essor économique et la renaissance artistique de la cité.

En 1667, Louis XIV, marié à Marie-Thérèse d'Autriche, infante d'Espagne, réclame la Franche-Comté au titre de l'héritage de son épouse. La ville est assiégée deux fois, en 1668 puis en 1674. En 1678, le traité de Nimègue rattache définitivement Besançon à la France. À la demande de Louis XIV qui souhaite en faire un des bastions du royaume à l'est, Vauban pourvoit la cité d'une citadelle puissamment fortifiée, fait reconstruire les fortifications de la « boucle » et édifier des casernes. Au cours du XVIIIe siècle, la ville se couvre d'édifices nouveaux, religieux et civils ; les hôtels particuliers se multiplient.

La période révolutionnaire est marquée par un événement capital pour l'orientation économique future de la ville : un réfugié suisse, Laurent Mégevand, crée à Besançon en 1793 la première manufacture de montres.

Au XIXème siècle, Besançon devient la capitale de la montre française.